L’hygiène de vie

En naturopathie, l’hygiène de vie est clef. Mais qu’entend-on par hygiène de vie ?

Que recouvre l’hygiène de vie ?

Il s’agit du principe d’hygiénisme, trop souvent associé à tort aux seules notions d’hygiène corporelle et sanitaire. Or, le terme d’hygiénisme est beaucoup moins restrictif. On définit en effet l’hygiénisme, ou hygiène vitale, par une hygiène de vie permettant de demeurer en bonne santé. L’hygiène de vie s’entend sur plusieurs plans, à la fois corporel, psychique, environnemental et social :

  • comment nous exerçons notre corps : l’activité physique,
  • comment nous le nourrissons : l’alimentation,
  • comment nous l’hydratons en interne et en externe : l’hydratation,
  • ce que nous respirons et comment nous le respirons : la respiration,
  • comment nous nous reposons : le repos et la détente,
  • comment nous vivons et ressentons les choses de la vie : le bien-être psychologique et émotionnel,
  • où et comment nous vivons : l’environnement de vie, les relations sociales..

Brève histoire

L’hygiénisme existe, sans le nommer ainsi, depuis l’époque de la Grèce antique, où l’alimentation saine et le jeûne étaient déjà pratiqués. Le courant hygiéniste démarre à proprement parler au début du XIXème siècle sous l’impulsion d’Isaac Jennings, Sylvester Graham, Georges H. Taylor…Au début du XXème siècle en France, le Dr Paul Carton conclut que l’apparition de la maladie s’explique par un système immunitaire affaibli par une hygiène de vie néfaste, en particulier un manque d’activité physique et la consommation d’aliments raffinés, sucres et viandes en excès qu’il qualifiait d’aliments meurtriers. C’est ainsi qu’on lui doit la formule : « le microbe n’est rien, le terrain est tout » si chère aux homéopathes et naturopathes. Outre-atlantique, c’est l’américain Bénédic Lust, créateur de la première école de naturopathie au début du XXème siècle, qui se fera le digne représentant du courant hygiéniste. Il sera suivi puis complété par Herbert Shelton et Pierre-Valentin Marchesseau qui rapporta l’enseignement de la naturopathie en France.

L’hygiénisme, pilier fondateur de la naturopathie

L’hygiénisme constitue un des 5 piliers fondateurs de la naturopathie, répertoriés dans la charte de la naturopathie aux côtés du :

  • vitalisme : l’existence d’une force vitale auto-guérisseuse qui doit être entretenue par des moyens naturels en prévention,
  • holisme : la prise en compte de l’individu dans sa totalité,
  • causalisme : il s’agit toujours d’aller chercher la cause première d’un déséquilibre, physique et/ou psychique. En naturopathie, l’approche est donc individualisée ; il n’existe pas de solution pour un déséquilibre mais une solution pour une personne,
  • humorisme : étude des humeurs, c’est-à-dire des liquides organiques. Ce principe s’appuie sur les quatre humeurs définies par Hippocrate : la lymphe, le sang, la bile et l’atrabile ou bile noire, correspondant aux 4 constitutions fondamentales que sont le lymphatique, le sanguin, le bilieux et le nerveux…

Oui, mais en pratique, qu’est-ce que cela donne ?

Lors d’une consultation de naturopathie, la première anamnèse, ou bilan de vitalité permet de faire le point sur votre hygiène de vie. Il ne s’agit pas d’y porter un jugement, simplement de mieux comprendre votre terrain, pour mieux vous guider vers votre objectif. A partir de vos informations, je vous propose un programme d’hygiène vitale sur mesure. Nous le discutons ensemble pour vous permettre de vous l’approprier, le comprendre et être ainsi véritablement en mesure de le mettre en place. Lors d’une consultation à domicile, nous pouvons également prendre le temps de passer en revue vos possibilités culinaires (matériel à disposition, aliments du quotidien, produits dans vos placards…) et l’espace à votre disposition pour définir des idées de recettes et des routines quotidiennes…

L’hygiène de vie, un art de vivre qui ne cessera de vous surprendre !